NEUVAINE DE NOEL 2021

Pour se préparer en prière à la fête de Noël

Neuvaine de Noël

Préparons en famille la Nativité du Christ. La neuvaine de Noël commence le 16 décembre et prend fin le 24 décembre, la veille de Noël.

Prière initiale (répétée tous les jours)

Ô Dieu très doux et d’infinie charité, Toi qui nous a tant aimé et qui nous a donné en ton Fils le meilleur gage de ton amour, pour que, incarné et fait notre frère dans le sein de la Vierge, il naisse en une crèche pour notre salut et notre rachat, nous Te disons merci pour pour un si grand bienfait. En retour nous T’offrons, Seigneur, notre effort sincère pour faire de ce monde qui est le tien et le nôtre, un monde plus juste, plus fidèle au grand commandement de nous aimer comme des frères.

Accorde-nous, Seigneur, ton aide pour pour pouvoir le réaliser. Nous Te demandons que ce Noël, fête de paix et de joie, soit pour notre communauté un stimulant afin que, vivant comme des frères, nous cherchions sans cesse les chemins de la vérité, de la justice, de l’amour et de la paix. Amen.

Notre Père...

Prière pour la famille

Seigneur, fais de notre foyer la demeure de ton amour. Qu'il n’y ait aucune injure car toi Tu nous comprends. Qu’il n’y ait pas d’amertume car Toi Tu nous bénis. Qu’il n’y ait pas d’égoïsme car Toi Tu nous fais vivre. Qu'il n’y ait pas de rancœur car Toi Tu nous pardonnes. Qu'il n’y ait pas d’abandon car Toi Tu restes avec nous. Que nous sachions marcher vers Toi en notre vécu quotidien. Que chaque matin commence un jour de plus de dévouement et de sacrifice. Que chaque soir nous trouve avec plus d’amour. Fais de nos vies, Seigneur, que tu as voulu unir, une page remplie de Toi. Fais de nos enfants, Seigneur, ce que Tu désires, aide-nous à les éduquer, à les orienter sur ton chemin. Que nous nous efforcions de nous appuyer mutuellement. Que nous fassions de l’amour un motif de T’aimer davantage. Quand se lèvera le grand jour d’aller à ta rencontre, accorde-nous de nous retrouver unis pour toujours en Toi. Amen.

Notre Père…

Prière à la Vierge

ô Marie, notre Souveraine, nous Te prions pour toutes les familles de notre pays : fais que chaque foyer de notre patrie et du monde soit une fontaine de compréhension, de tendresse, de véritable vie familiale. Que ces fêtes de Noël, qui nous réunissent autour de la crèche où est né ton Fils, nous unissent aussi dans l'amour, nous fassent oublier les offenses et nous donnent la simplicité de reconnaître les erreurs que nous avons commises. Mère de Dieu et notre Mère, intercède pour nous. Amen.

Je vous salue Marie...

Prière à Saint Joseph

Très Saint Joseph, époux de Marie et père nourricier du Seigneur, tu as été choisi pour remplir le rôle de père dans le foyer de Nazareth. Aide les pères de famille. Qu'ils soient toujours dans leur foyer l’image du Père Céleste. À ton exemple, qu’ils remplissent parfaitement la grande responsabilité d’éduquer et de former leurs enfants, en leur transmettant, en un effort continu, le meilleur d'eux-mêmes. Aide les enfants à comprendre et à apprécier les efforts dévoués de leurs parents. Saint Joseph, modèle des époux et des pères, prie pour nous. Amen.

Notre Père...

Méditation du jour 1 (16 décembre) - La réconciliation:

En ce premier jour, nous allons raffermir nos valeurs de façon que Noël soit ce qu’il doit être : une fête dédiée à la réconciliation, dédiée au pardon généreux et compréhensif que nous apprenons d’un Dieu compatissant.

Avec le pardon de l’Esprit Saint, nous pouvons nous réconcilier avec Dieu et avec nos frères et avancer en une vie nouvelle. C’est la bonne nouvelle que Saint Paul proclama en ses lettres, comme nous le lisons dans la lettre de Saint Paul aux Romains (5,1-11) :

“Frères: Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. À lui, nous devons d’avoir eu accès à cette grâce où nous demeurons fermes, et de nous glorifier dans l'espérance de posséder un jour la gloire de Dieu. Bien plus, nous nous glorifions jusque dans nos afflictions, Car nous savons que l’affliction produit la patience; la patience éprouve la fidélité, et la fidélité éprouvée produit l'espérance. Or, l'espérance ne trompe pas, car l’amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs par l’Esprit-Saint dont nous avons été gratifiés.

En effet, au temps où nous étions encore dans sa faiblesse, le Christ, au moment voulu, est mort pour les impies. C’est à peine si l’on voudrait mourir pour un juste; peut-être, pour un homme de bien, consentirait-on à mourir. Mais voici une preuve éclatante de l’amour de Dieu pour nous : au temps où nous étions encore pécheurs, le Christ est mort pour nous. À plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, Serons-nous soustraits par Lui, à la colère. Si, étant encore ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, après réconciliation, serons nous sauvés par sa vie! Ce n’est pas tout : nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui nous avons maintenant obtenu la réconciliation.”

Vivre Noël c’est oublier les offenses si quelqu’un nous a offensé, et c’est demander pardon si nous avons maltraité les autres. Ainsi, du pardon naît l’harmonie et nous construisons cette paix que les anges annonçaient à Bethléem : paix sur la terre aux hommes qui aiment le Seigneur et s’aiment entre eux. Nous les êtres humains pouvons nous faire du tort par la haine, ou nous pouvons être heureux en un amour qui réconcilie. Cette bonne mission est pour chacun de nous : être agents de réconciliation et non de discorde, être instruments de paix et semeurs de fraternité.

Méditation du jour 2 (17 décembre) - La compréhension

La compréhension est un élément distinctif de tout véritable amour. Nous pouvons dire que l’incarnation d’un Dieu, qui se fait homme, permet de comprendre cette grande valeur appelée compréhension. C'est un Dieu qui se met à notre place, qui supprime les distances et partage nos soucis et nos joies. C’est grâce à cet amour compréhensif d’un Dieu Père que nous sommes enfants de Dieu et frères les uns des autres. Dieu nous montre la grandeur de son amour et nous appelle à vivre comme ses enfants, comme l’affirme Saint Jean; nous pouvons le lire dans la première lettre de Saint Jean (3,1-10) :

“Frères: Voyez de quel amour le Père nous a gratifiés pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : parce qu'il ne l’a pas connu, lui. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’est pas encore apparu. Nous savons que, lorsque cela apparaîtra, nous serons semblables à Dieu, parce que nous le verrons tel qu'il est. Quiconque a cette espérance en lui, devient pur comme lui est pur. Quiconque commet le péché enfreint la loi, car le péché est l'infraction de la loi. Or vous savez que Jésus est apparu afin d'ôter les péchés, qu’en lui il n’y a pas de péché. Quiconque demeure en lui ne pèche point. Quiconque pèche ne l’a ni vu ni connu.

Petits enfants, que personne ne vous leurre. Celui qui pratique la justice est juste comme lui Jésus est Juste. Celui qui pratique le péché est du diable, parce que le diable pèche depuis le début. Et voici pourquoi le Fils de Dieu est apparu : pour défaire les œuvres du diable. Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché parce que le germe divin réside en lui; et il ne peut pécher parce qu'il est né de Dieu. À ceci se distinguent les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n'aime pas son frère.”

Si vraiment nous agissons comme enfants de Dieu, nous n’imitons pas Caïn mais “nous donnons notre vie pour nos frères” (1 Jean 3,12-14). Avec un amour compréhensif nous sommes capables de voir les raisons des autres et d’être tolérants pour leurs défauts. Si Noël nous rend compréhensifs, c’est un excellent Noël.

Un joyeux Noël, c’est apprendre à nous mettre à la place des autres.

Méditation du jour 3 (18 décembre) - Le respect

Le respect est une qualité de l’amour qui nous pousse à accepter les autres tels qu'ils sont. Grâce au respect nous valorisons la grande dignité de toute personne humaine créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, même si cette personne est dans l’erreur. Le respect est source d'harmonie parce qu’il nous encourage à valoriser les différences, comme le fait un peintre avec les couleurs où un musicien avec les notes ou les rythmes. Un amour respectueux nous empêche de juger les autres, de les manipuler ou de vouloir les modeler à notre taille.

À chaque fois que je pense au respect, je vois Jésus conversant aimablement avec la samaritaine, tout comme le raconte Saint Jean en son Évangile (4,5-26) :

“En ce temps-là, Jésus arriva dans une localité de Samarie, nommée Sichar, près de la terre que Jacob avait donnée à son fils Joseph. Il y avait là le puits de Jacob. Jésus, fatigué de marcher, s'était assis sur le bord du puits. Il était midi environ. Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : «Donne-Moi à boire.» (Ses disciples, en effet, étaient partis pour la ville afin d'acheter des provisions). La Samaritaine lui dit : «Comment vous, qui Juif, vous me demandez à boire, à mot, Samaritaine!.…» (Les juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains.) Jésus lui répondit: «Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est celui qui te dit: "Donne-Moi à boire", c'est toi-même qui le lui aurait demandé, et il t'aurait donné une eau vive.» La femme lui dit : «Monsieur, vous n'avez rien pour puiser et le puits est profond... d’où auriez-vous donné cette eau vive ? Êtes-vous plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, dont il à bu lui-même, aussi bien que ses fils et ses troupeaux? » - «Quiconque, répondit Jésus, boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l’eau que Je lui donnerai n'aura plus jamais soif. L'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source qui jaillira jusque dans la vie éternelle.» La femme reprit: «Monsieur, donnez-moi de cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je n'aie plus à venir puiser ici.» - «Va, lui dit Jésus, appelle ton mari et reviens ici.» La femme répondit : «Je n'ai pas de mari.» Jésus reprit: «Tu as raison de dire que tu n'as pas de mari. Tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n'est pas le tien, en cela tu as dit vrai.» - «Monsieur, dit la femme, je vois que vous êtes un prophète ! Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que c'est Jérusalem le lieu où il faut adorer.» Jésus dit : «Femme, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne, ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, ce sont là les adorateurs que le Père désirent. Dieu est esprit, et il faut que les adorateurs l’adorent en esprit et en vérité.» La femme répondit : «Je sais que le Messie, qu’on appelle Christ, doit venir. Lorsqu'il sera venu, il nous fera tout connaître.» Jésus lui dit: «Je le suis, moi qui te parle.»

Jésus s’adresse à la Samaritaine dans un dialogue sans reproche, sans condamnation et où brille la lumière d’une délicate tolérance. Jésus n’approuve pas que la femme vive avec quelqu'un qui n’est pas son mari, mais au lieu de la juger, il la félicite pour sa sincérité. Il agit en bon pasteur et nous enseigne à être respectueux si vraiment nous voulons nous entendre avec les autres.

Méditation du Jour 4 (19 décembre) - La sincérité

La sincérité est une qualité sans laquelle l’amour ne peut subsister, car il n’y a pas d'amour où il y a le mensonge. Aimer, c’est avancer dans la vérité, sans masque, sans le poids de l’hypocrisie et avec la force de l'intégrité. C’est seulement dans la vérité que nous sommes libres, comme l’a annoncé Jésus-Christ

(Saint Jean 8,31-32) : «Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes mes vrais disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.»

C’est seulement sur le roc solide de la vérité qu’une relation peut se maintenir dans les crises et les problèmes. Par la sincérité, nous gagnons la confiance, et par la confiance nous atteignons la compréhension et l’unité. L'amour nous enseigne à ne pas agir comme les égoïstes et les orgueilleux qui croient que leur vérité est la vérité.

Si Noël nous rapproche de la vérité, c’est un bon Noël: c’est une fête dans laquelle nous accueillons Jésus comme la vraie lumière qui vient dans le monde (Saint Jean 1,9) : “Cette lumière était la véritable lumière qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. Il était dans le monde, et le monde a été fait par lui, et le monde ne l’a pas connu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu. Maïs à tous ceux qui l'ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu...”

Jésus est donc la Lumière véritable qui chasse nos ténèbres, qui nous incite à accepter Dieu comme le chemin, la vérité et la vie. Puisse notre amour être toujours illuminé par la vérité, de façon à être aussi augmenté par la confiance.

Méditation du jour 5 (20 décembre) - Le dialogue

Toute la Bible est un dialogue amoureux et rédempteur de Dieu avec les hommes. Un dialogue qui atteint son sommet et sa plénitude quand la Parole de Dieu, qui est son Fils, se fait chair, se fait homme, tout comme en fait le récit Saint Jean dans son Évangile (1,1-5, 14) :

“Au commencement était le Verbe et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. I! était au commencement près de Dieu. Toutes choses ont été faites par lui et sans lui, rien n'a été fait. Ce qui a été fait en lui était vie, et la vie était la lumière des hommes, et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point saisie.

Et le Verbe s’est fait chair, et il a dressé sa tente parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, la gloire qu'un Fils unique reçoit de son Père, plein de grâce et de vérité.”

Appuyés sur la sincérité, raffermis dans le respect et enrichis par la compréhension, c’est de Dieu seul dont nous avons besoin dans toutes nos relations. Dans un dialogue dans lequel quotidiennement “nous nous revêtons de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience” (Colossiens 3,12).

Un dialogue serein qui jaillit d’un amour sincère et d’une âme en paix est la meilleure des étrennes que nous pouvons offrir à Noël. Ainsi nous évitons que notre foyer soit un lieu vide d'affection, dans lequel nous nous trouvons dispersés comme des étrangers sous le même toit.

Que Dieu nous accorde à tous le don de communiquer entre nous sans offense, sans jugement, sans arrogance; dans l’estime qui génère l'accueil et le respect mutuel.

Méditation du jour 6 (21 décembre) - La simplicité

La simplicité est la vertu des grandes âmes et des personnes nobles. La simplicité a été l’ornement de Marie de Nazareth comme elle même le proclame dans son cantique du Magnificat (Saint Luc 1, 47 – 48) :

“Mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur, parce qu'Il a jeté les veux sur la bassesse de sa servante”.

Noël est une bonne époque pour déraciner l’orgueil et prendre conscience de tant de maux qui occasionnent l’orgueil. Aucune vertu nous rapproche tant des autres comme la simplicité et aucun défaut nous en éloigne tant comme l’arrogance.

L'amour seul règne dans les coeurs humbles, capables de reconnaître leurs limites et de pardonner les arrogances.

C'est grâce à l'humilité que nous agissons avec délicatesse, sans nous croire plus que les autres, en imitant la simplicité de Jésus, vrai Dieu, comme nous l’enseigne Saint Paul dans sa lettre aux Philippiens (2, 5-11): ‘Frères : Avez entre vous l'estime que l’on se doit en Jésus-Christ : Quoiqu'il fût de condition divine, il ne s’est pas prévalu de son égalité avec Dieu; mais il s'est anéanti lui-même en prenant la condition d’esclave, et se faisant pareil aux hommes. Et quand il eut revêtu l'aspect d’un homme; il s'est abaissé lui-même, en se rendant obéissant jusqu'à la mort, la mort de la croix. Aussi Dieu l’a souverainement exalté et lui a conféré le Nom, qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus, tout genou fléchisse, au ciel, sur terre et dans les enfers, et que toute langue professe, à la gloire du Père, que Jésus-Christ est Seigneur."

Croître en simplicité est un extraordinaire cadeau pour nos intimes. Rappelons-nous qu’en la petitesse est la véritable grandeur, et que l’orgueil est chassé par l'amour.

Méditation du Jour 7 (22 décembre) - La générosité

La générosité est la capacité de donner avec désintéressement là où l’amour l’emporte sur l’égoïsme. C'est dans le généreux renoncement à soi-même que se manifeste la profondeur d’un amour qui ne s’épuise pas en paroles.

Et c'est ce que nous célébrons à Noël : le geste sans égal d’un Dieu qui se donne lui-même. Saint Paul le souligne dans sa seconde lettre aux Corinthiens (8,7-15) quand il les invite à partager leurs biens avec les nécessiteux :

“Frères: Vous excellez en toutes choses : foi, éloquence, connaissance, zèle de tout genre, affection pour nous. Appliquez-vous donc à exceller aussi dans cette oeuvre de charité. Je ne dis pas cela par manière d'ordre, mais par l'exemple du zèle des autres, je voudrais mettre à l'épreuve la sincérité de votre charité. Vous connaissez la bonté de notre Seigneur Jésus-Christ. De riche qu'il était, s'est fait pauvre pour vous, afin de vous enrichir par sa pauvreté. Ce n'est qu'un avis que je donne ici. Cela vous convient, à vous qui, depuis un an déjà, avez été les premiers, non seulement à entreprendre cette oeuvre, mais même à en avoir l’idée. Menez donc maintenant cette oeuvre à bien, et qu'ainsi l'exécution selon vos moyens réponde chez vous à l'empressement de la bonne volonté. Lorsqu'on donne de bon coeur selon ses moyens (évidemment point de ce qu’on n'a pas), on est bien accueilli. Il n’est pas question, pour soulager autrui, de vous mettre vous-même dans la gêne : il faut qu'il y ait égalité entre vous. Dans la circonstance présente, votre abondance subviendra à leur indigence, pour qu'à son tour leur superflu pourvoie à vos besoins. Et ainsi l'égalité régnera, comme il est écrit : Celui qui avait beaucoup ramassé n'avait rien de trop ; et celui qui avait peu ramassé ne manquait de rien.” (Ex. 16, 18).

Nous savons aimer quand nous savons partager, nous savons aimer quand nous donnons le meilleur de nous-mêmes plutôt que de donner seulement des choses. Prenons donc la meilleure décision: donner amour, affection, tendresse et pardon; donner du temps et donner de la joie et de l'espérance. Ce sont les étrennes qui valent le plus et ne coûtent rien. Donnons l’amour, comme disait Saint Jean de la Croix: “Où il n’y a pas d'amour, sème l'amour et tu récolteras l'amour.”

Méditation du jour 8 (23 décembre) - La foi

Une foi est ferme quand naît une relation d'amitié avec le Seigneur. Une foi authentique est confirmée par les bonnes oeuvres, de sorte que la religion ne soit pas seulement prières, rites et traditions.

Il nous faut cultiver la foi par la Bible, par la prière et par la pratique religieuse, car la foi est notre meilleur appui lors d’une crise. Il nous faut une grande foi en nous-mêmes, en Dieu et dans les autres. Une foi sans hésitation, comme le voulait Jésus (Saint Marc 11,12-14 ; 20-25) :

“Le lendemain, quand ils eurent quitté Béthanie, Jésus eut faim. Il aperçut de loin un figuier couvert de feuilles, et s’avança pour voir s'il y trouverait quelque fruit: Il s’approcha donc de l'arbre, mais n'y trouva que des feuilles; car ce n’était pas encore la saison des figues. Alors il dit au figuier : «Que jamais personne ne mange de ton fruit! » Ses disciples entendirent cette malédiction.

Le lendemain, en repassant au matin, ils virent le figuier, séché jusqu'aux racines. Alors, Pierre se souvint de ce qui s'était passé la veille, et il dit à Jésus : «Maître, regarde ! Le figuier que tu as maudit a séché!» S'adressant à ses disciples, Jésus leur dit: «Ayez foi en Dieu. En vérité, je vous le dit : quiconque dira à cette montagne : "Soulève-toi et jette-toi à la mer", s'il ne doute pas dans son coeur, mais s’il croit que sa parole s’accomplira, eh bien ! il obtiendra ce miracle. C’est pourquoi je vous le déclare : tout ce que vous demanderez dans la prière, croyez fermement que vous l'avez obtenu, et cela vous sera accordé, Lorsque vous vous tenez debout pour prier, pardonnez, si vous avez quelque sujet de ressentiment contre quelqu'un, afin que votre Père, qui est dans les cieux, vous pardonne aussi vos péchés.»

Une foi qui illumine l'amour avec la force de la confiance, car “l'amour croit tout” (1 Corinthiens 13,7).

La foi est la force de la vie. Sans elle, nous allons à la dérive. Publio Siro avait raison de dire : « Qui a perdu la foi n’a plus rien à perdre. »

Qu'il est bon que nous prenions soin de notre foi comme d’un trésor! Qu'il est bon qu'on puisse nous saluer comme la Vierge a été saluée! : “Bienheureuse Toi qui as cru!” (Saint Luc 1, 45).

Méditation du jour 9 (24 décembre) - L'amour et l'espérance

"Si nous allumons la flamme de l’espérance et le feu de l’amour, leur lumière rayonnante brillera

durant la nouvelle année après que se seront éteintes les lumières de Noël."

Bien plus, nous mettons notre fierté dans la détresse elle-même, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la vertu éprouvée ; la vertu éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. (Ro 5, 3-5)