Questions et réponses sur le baptême

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Les réponses à vos principales questions.

1) Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur enfant ?
2) Les parents qui ne sont pas mariés à l'Église peuvent-ils faire baptiser leur enfant ?
3) Des parents dont l'un appartient à une religion non chrétienne ou incroyants, peuvent-ils faire baptiser leur enfant ?
4) Des parents divorcés-remariés peuvent-ils faire baptiser leur enfant ?
5) Pouvons nous faire baptiser notre enfant, nous n'avons pas l'intention de l'éduquer chrétiennement ?
6) Pouvons-nous faire baptiser notre bébé, nous n'avons pas fait baptiser l'aîné ?
7) Notre enfant est encore bébé : est-ce raisonnable de décider pour lui qu'il soit baptisé dans l'Eglise Catholique ?
8) Comment choisir le parrain et/ou la marraine ?
9) Quel est le rôle du parrain et/ou de la marraine ?
10) Pouvons nous avoir deux parrains ou deux marraines ?

11) Est-il nécessaire d’avoir un parrain et une marraine ?
12) Peut on changer de parrain et/ou de marraine après le baptême ?
13) Peut-on choisir un parrain ou une marraine non baptisé(e) ?
14) La marraine à laquelle nous avons pensé n’est pas baptisée. Est-ce grave ?
15) La préparation au baptême est-elle obligatoire pour les parents ?
16) C’est notre deuxième enfant, devons nous encore nous préparer ?
17) Est-il nécessaire que les deux parents soient d’accord pour baptiser leur enfant ?
18) Sommes nous obligés de célébrer le baptême de notre enfant avec d’autres familles ?
19) Le baptême doit-il se faire toujours dans la paroisse ?
20) Pourquoi faut-il signer des registres après le baptême ?
21) Peut-on annuler son baptême ?
22) Quel est le coût d’un baptême ?
23) Pouvons-nous ajouter un prénom à l’enfant au moment du baptême ?
24) Devons nous être baptisés pour nous marier religieusement à l’Eglise catholique ?

1) Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur enfant ?

Non, puisque c'est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous les parents peuvent demander le baptême pour leur enfant, mais ils s'engagent alors, en s'appuyant sur les parrains et marraines, de lui faire découvrir la foi chrétienne et à l'inscrire au catéchisme.

2) Les parents qui ne sont pas mariés à l'Église peuvent-ils faire baptiser leur enfant ?

Oui. Le baptême est un don gratuit que Dieu fait à l'enfant.

3) Des parents dont l'un appartient à une religion non chrétienne ou incroyants, peuvent-ils faire baptiser leur enfant ?

Leur situation ne leur interdit pas de faire baptiser leur enfant, à condition toutefois que le conjoint non chrétien accepte que l'enfant soit catéchisé.

4) Des parents divorcés-remariés peuvent-ils faire baptiser leur enfant ?

Oui, la seule difficulté que l'on peut rencontrer dans ce cas concerne un éventuel désaccord entre les nouveaux conjoints sur le projet d'ouvrir l'enfant à la foi chrétienne. Depuis toujours, l'Église affirme le droit de tout homme, de tout enfant, à recevoir le baptême.

5) Pouvons-nous faire baptiser notre enfant, nous n'avons pas l'intention de l'éduquer chrétiennement ?

Non. Des parents qui n'auraient pas l'intention d'éduquer l'enfant dans la foi catholique devraient être amenés à différer le baptême.  L'Église accepte de baptiser des petits enfants dans l'espérance que ce sacrement  porte des fruits: un jour, professer consciemment la foi de l'Église.

6) Pouvons-nous faire baptiser notre bébé, nous n'avons pas fait baptiser l'aîné ?

Oui. Il se peut que pour une raison ou une autre, des parents n'aient pas fait baptiser l'aîné. Il importe d'être à l'écoute des motifs qui ont donné lieu à cette situation. Il  faut rappeler que le baptême se prépare et se vit en famille. Un parcours approprié à  la préparation du sacrement devrait être proposé à cette famille.

7) Notre enfant est encore bébé : est-ce raisonnable de décider pour lui qu'il soit baptisé dans l'Eglise Catholique ?

Avez-vous demandé à votre enfant son avis pour évoluer dans votre milieu social, avec votre langue maternelle ? Avez-vous demandé son avis sur la venue d'un petit frère ou petite sœur, sur ce qu'il désire dans son biberon, etc. ? Ce n'est pas pour autant que vous ne respectez pas sa liberté. Vous faites ce qu'il vous semble être le meilleur pour lui.
Certains parents ne veulent pas faire baptiser bébé leur enfant, pour lui laisser la liberté de faire un choix quand il sera plus grand. Ils disent : "Je ne veux pas décider à sa place, il choisira plus tard". En fait, on ne peut choisir qu'en connaissance de cause.
A vous de voir si vous jugez important qu'il grandisse dans la foi et dans l'Eglise. Cela ne lui enlèvera pas sa liberté de croire ou de ne pas croire par la suite.

8) Comment choisir le parrain et/ou la marraine ?

Le choix d’un parrain et d’une marraine est important pour votre enfant. Il s’agit de personnes sur qui l’enfant doit pouvoir compter à long terme. Il est essentiel de choisir des personnes de confiance.
L’Eglise pose certaines conditions :

  • ne pas être le père ou la mère de l'enfant;
  • être désigné par les parents;
  • être catholique, baptisé dans l’Eglise catholique et si possible confirmé ;
  • avoir 16 ans ou plus ;

9) Quel est le rôle du parrain et/ou de la marraine ?

Le parrain et/ou la marraine s’engagent à soutenir l’enfant dans sa vie chrétienne, l’aide à grandir dans la foi, et amènent un soutien aux parents dans l’éducation de l’enfant.
Les liens personnels, affectifs et éducatifs, tout au long de sa vie, et plus particulièrement durant l’adolescence permettront au parrain et à la marraine d’aider leur filleul à découvrir Dieu.
En cas de décès des parents, le rôle du parrain ou de la marraine peut se renforcer dans la mesure où ils sont investis d’une responsabilité morale selon leurs liens affectifs avec leur filleul(e). Cependant ils ne sont en aucun cas tenus d’assumer la garde de l’enfant et ne deviendront pas les tuteurs.


10) Pouvons nous avoir deux parrains ou deux marraines ?

Non. L'Église demande UN parrain ou UNE marraine ou UN couple homme et femme.


11) Est-il nécessaire d’avoir un parrain et une marraine ?

Non. Une seule personne est nécessaire, homme ou femme, à condition que celle-ci mène elle même une vie chrétienne.


12) Peut on changer de parrain et/ou de marraine après le baptême ?

Non. Il est impossible de changer de parrain et/ou de marraine de baptême, dans la mesure où il s’agit des témoins de la cérémonie et qu’ils ont signé le registre.
Cependant si pour le bien de l’enfant, les parents ressentent la nécessité de changement, rien n'empêche les parents de demander   à quelqu'un d'autres (parents ou amis) de jouer ce rôle auprès de l'enfant.

13) Peut-on choisir un parrain ou une marraine non baptisé(e) ?

Non. Puisque le rôle du parrain et de la marraine n'est pas à comprendre seulement sur le plan de l'amitié. Leur rôle principal est de représenter la communauté chrétienne et de témoigner de la foi de l'Église auprès de l'enfant et de ses parents.

14) La marraine à laquelle nous avons pensé n’est pas baptisée. Est-ce grave ?

Si le parrain est baptisé, elle pourra être « marraine de cœur » uniquement et signera le registre en tant que témoin.
Elle aura auprès de l’enfant un rôle d’accompagnement humain, mais non ecclésial.

15) La préparation au baptême est-elle obligatoire pour les parents ?

L'Église prévoit en effet une préparation qui s'adresse prioritairement aux parents, mais aussi au parrain et à la marraine. C'est l'occasion pour tous de redécouvrir la foi chrétienne et la vie de l'Église. Elle nous permettra également de préparer la cérémonie.

16) C’est notre deuxième enfant, devons nous encore nous préparer ?

Oui. Comme chaque grossesse et chaque naissance sont des événements uniques, le  baptême de cet enfant est aussi un moment privilégié. Une seconde (et même une "xième") préparation offre aux parents un espace et un lieu pour échanger avec de  nouvelles personnes.

17) Est-il nécessaire que les deux parents soient d’accord pour baptiser leur enfant ?

La décision de baptiser un enfant doit venir des deux parents. Si l’un d’entre eux n’est pas présent à la célébration, il devra exprimer par écrit sa non opposition ou son refus.
Les parents ont conjointement et en commun la responsabilité de l’éducation de leurs enfants, et cela est valable pour l’éducation religieuse.

18) Sommes nous obligés de célébrer le baptême de notre enfant avec d’autres familles ?

L'Église invite les familles à se regrouper pour vivre le baptême qui fait entrer les petits enfants dans une communauté chrétienne.  Ils y deviennent membres à part entière. C'est là une conséquence visible de ce  sacrement qui est un acte de la communauté.

Pour marquer davantage le lien entre le baptême et la communauté chrétienne, un accueil spécial peut être réservé aux  futurs baptisés : Il se fait au moment de l'accueil lors d'une assemblée dominicale.

19) Le baptême doit-il se faire toujours dans la paroisse ?

Normalement le baptême se déroule dans la paroisse des parents. Il arrive qu'il ait lieu dans un autre endroit : l'accord du curé de la paroisse d'origine est nécessaire.

20) Pourquoi faut-il signer des registres après le baptême ?

Pour officialiser l'acte de baptême qui a aussi une valeur juridique. L'Église doit en effet garder mémoire de ceux à qui elle a donné le sacrement de baptême.

21) Peut-on annuler son baptême ?

Non. Dieu n'a qu'une parole. Il ne s'engage qu'une fois. Il ne reprend jamais son amour.

22) Quel est le coût d’un baptême ?

La rencontre avec Dieu revêt un caractère de gratuité. Il n'en coûte rien pour l'entrée dans l'Église, même si le baptême de votre enfant occasionne des frais pour la paroisse. Avec reconnaissance, les parents, parrains et marraines font un don.

23) Pouvons-nous ajouter un prénom à l’enfant au moment du baptême ?

Oui. Un enfant peut recevoir un prénom de baptême. Mais ce prénom n'est pas reconnu par l'état civil. Habituellement ne sont inscrits au registre religieux que les prénoms déjà notés sur le formulaire d'enregistrement civil, rempli au moment de la naissance.  Le prénom du baptême choisi peut être le prénom d'un saint à qui les parents veulent confier l'enfant. Cet acte fait appel à la mémoire de l'Église. Rappelons que donner le prénom à l'enfant est un des premiers gestes du Rituel du baptême.

24) Devons nous être baptisés pour nous marier religieusement à l’Eglise catholique ?

Oui. Le baptême est le sacrement qui fait entrer dans l'Église catholique. Il est une porte d'entrée pour les autres sacrements. Si quelqu'un n'est pas membre de l'Église catholique, il ne peut pas recevoir les autres sacrements dont le mariage catholique.

 

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+